Soutenir nos partenaires

Ces dernières semaines, nous sommes nombreux.ses à nous demander comment aider les commerces, opérateurs culturels et autres personnes fragilisées par la crise que nous traversons.

Une piste est celle que nous défendons depuis bientôt un an avec le Carol’Or, notre bon de soutien à l’économie locale: se tourner autant que possible vers les commerces et prestataires de notre région, notre ville, notre quartier.

De nombreux partenaires du Carol’Or sont toujours actifs durant cette période particulière, moyennant parfois des adaptations d’horaires ou de fonctionnements. D’autres vont bientôt relancer leur activité. Tous ont et auront besoin de notre solidarité. Nous vous invitons donc à consulter la carte des partenaires pour repérer celles et ceux qui se situent à proximité de votre domicile.

Pour d’autres partenaires encore, dont la reprise n’est pas encore annoncée, il est aussi possible d’anticiper une aide via des bons d’achats ou autres abonnements anticipés.

Dans les semaines qui viennent, nous relaierons au mieux toutes ces possibilités via notre page Facebook.

Plus que jamais, soyons solidaires avec nos partenaires!

Soyons cash pour faire vivre la relocalisation !

Faisons circuler les monnaies citoyennes

La crise actuelle a mis en évidence les dysfonctionnements profonds de nos manières de consommer : achats de panique, égoïsme des quantités, dépenses via les plate-formes numériques favorisant les marchandises lointaines et les conditions de travail au rabais… A l’inverse, à la faveur d’une privation contrainte et de l’intelligence du temps ralenti, cette même crise semble avoir revigoré l’approvisionnement en circuits courts et toute la thématique de la relocalisation. Face à la crainte d’assister à un phénomène éphémère (le retour au local) mais aussi à celle d’une généralisation inconfortable des normes sanitaires dans nos achats de proximité, la dynamique proposée par les monnaies citoyennes prend encore plus de sens aujourd’hui.

Mais comment faire circuler les monnaies locales, majoritairement sous forme papier quand on nous fait croire que ce moyen est devenu un dangereux vecteur de transmission ? Rien n’est plus faux ! De l’OMS à la Banque Centrale Européenne, tout le monde confirme que le papier n’est certainement pas plus transmetteur de microbes ou de virus que tous les supports plastiques que nous touchons et utilisons à de nombreuses reprises dans une seule journée. Le risque de contamination est même plus faible sur le papier. En tout état de cause, la consigne reste la même : lavez-vous les mains et maintenez une distance physique, quel que soit le moyen de paiement ! 

Restaurer la légitimité de la monnaie papier c’est créer un lien économique concret et, de fait, contourner le système bancaire, se détacher des acteurs privés commercialisant des moyens de paiement électronique coûteux (0,30€) à charge du commerçant. Reprendre et développer notre habitude de payer cash, nous permet aussi de ne pas céder au traçage généralisé qui s’annonce, acceptable probablement pour la maladie, mais potentiellement nuisible pour tellement d’autres choses, qui permettraient, à terme, de valoriser, marketer et finalement financiariser nos comportements. Utiliser la monnaie-papier, c’est garder un espace de liberté, personnel et citoyen, hors du champ de la marchandisation, du suivi de nos faits et gestes et de la dégradation environnementale. C’est favoriser une diversité monétaire et la mise en place de solutions plus démocratiques et plus résilientes car entre nos mains.

Rappelons ainsi que : 

  • L’OMS et même la BNB ne déconseillent pas l’utilisation du cash papier, le droit de le refuser n’est pas non plus octroyé au commerçant, chacun garde sa liberté bien comprise de proposer ou demander un tel moyen de paiement !
  • Utiliser une monnaie locale et citoyenne, c’est préserver et renforcer la circulation monétaire sur le territoire ou sur le BASSIN DE VIE, il faut s’en souvenir et le rappeler à nos commerçants favoris ! Acheter local en grande surface, c’est envoyer les bénéfices au bout du monde sans juste retour aux acteurs locaux.
  • Utiliser une monnaie locale, c’est permettre l’existence d’un FLUX de création de RICHESSES hors de portée du système bancaire et des moyens de paiement privatisés. 
  • Utiliser la monnaie locale, c’est favoriser la DIVERSITÉ monétaire et la RÉSILIENCE locale. Utiliser la monnaie locale, c’est soutenir des acteurs INDÉPENDANTS de la logique d’actionnaires/investisseurs. C’est leur dire qu’on les soutient !

Actuellement 15 monnaies locales sont en circulation en Fédération Wallonie Bruxelles et 3 en construction. Le volume financier en circulation a récemment atteint les  650.000€ en FWB. Face aux limites de la mondialisation  et de l’économie de monopoles (des grands et plus riches acteurs de l’économie et de la finance) apparues au grand jour, le questionnement porté par les monnaies locales et citoyennes sur les circuits financiers et logistiques induits par nos comportements reprend toute sa pertinence. Et dans ce prolongement, le pouvoir fantastique, aux mains de citoyens, de forcer la circulation monétaire, donc la création de richesses, en boucles répétées à un niveau local (le bassin de vie) est aussi à rappeler pour soutenir cette re-localisation souhaitée. 

Soyons donc cash, tendre un billet de monnaie locale c’est démontrer (en toute sécurité) aux commerçants et aux clients que vous le soutenez lui et les autres acteurs  locaux d’une économie solidaire, vertueuse et durable ! 

“Acheter local c’est bien, payer local c’est mieux” 

Financité et Les groupes monnaies locales et citoyennes

Une info, un commentaire ? didier.palange@financite.be 

Plus d’info sur les monnaies locales et citoyennes en Belgique https://www.financite.be/fr/article/monnaies-citoyennes 

Les monnaies locales et citoyennes c’est du sérieux : voici les liens vers les recommandations et/ou commentaires sanitaires des organisations évoquées plus haut :

Farciennes rejoint le Carol’Or pour soutenir l’économie locale (Vers L’Avenir)

La crise du Covid 19 force à la réflexion et certains ont déjà décidé de modifier leurs habitudes de consommation afin de résoudre dès aujourd’hui les problèmes de demain. Le Carol’Or est un des moyens d’accentuer cette évolution, la Ville de Farciennes l’a parfaitement compris.

https://www.lavenir.net/cnt/dmf20200526_01477848/farciennes-rejoint-le-carol-or-pour-soutenir-l-economie-locale

C BON POUR LE LOCAL!

Vous voulez être solidaire avec les commerçant.e.s de Charleroi? Une nouvelle plateforme vient d’être créée, à l’initiative de la Ville de Charleroi, pour vous faciliter la tâche.

#CBonPourLeLocal vise à soutenir les commerces à nouveau ouverts, mais également ceux ne pouvant pas encore vous accueillir.

Comment ça marche?

Vous achetez sur la plateforme un ou plusieurs bons d’achat et vous recevez 20% supplémentaires à dépenser dans vos magasins préférés.

Et le Carol’Or dans tout ça?

Sachez qu’il vous est possible d’acheter vos bons en Carol’Or auprès de l’asbl Charleroi CentreVille! Notez cependant que cette opération ne concerne pas tous nos partenaires mais uniquement les commerces situés sur le territoire de Charleroi (les 15 anciennes communes) et inscrits sur la plateforme.

Toutes les infos pratiques sont à lire ici. N’attendez plus…

Le Carol’Or encore primé!

Après les Beffrois de Cristal en janvier, le Carol’Or s’est vu attribuer ce week-end un Jean-Claude! Celui du Jean-Claude des bazars qui n’ont pas bien marché alors que “c’était prévu pour”, ou qui commencent à faire un peu ch… tout le monde.

Voilà un chouette clin d’oeil pour notre projet et de quoi encourager plus de monde encore à faire circuler nos beaux billets!

Merci à Jean-Marie d’avoir représenté l’équipe du Carol’Or lors de la cérémonie.